Accueil > Les Cahiers > Un coup de Bible dans la philosophie

Un coup de Bible dans la philosophie

Henri Meschonnic

Ce livre est un appel au rythme, pour penser l’infini du langage par le poème de la Bible, une montagne sainte de paradoxes. Magnifiée par son invisibilité même. Le texte biblique hébreu est le lieu d’un phénomène qui n’est pas seulement particulier,
mais emblématique : il est rythmé de bout en bout de manière telle qu’il n’a ni vers ni prose, et que la notion même de poésie lui est étrangère. Il est donc irréductible à notre mode de penser le langage, qui est celui du signe. Et à cette maximalisation du rythme répond une maximalisation du refus d’écoute théologiquement programmé. Ce qui fait du texte biblique un enjeu majeur pour la pensée du langage, du poème, de l’éthique et du politique, le lieu d’une critique des traductions de la Bible, d’une critique de l’herméneutique qui n’a pas les moyens de cette écoute. C’est le sens de ce coup de Bible dans la philosophie, pour la théorie du langage, l’historicisation du poème, de l’éthique, du politique, contre le théologico-politique. Et c’est ce texte religieux qui enseigne à ne plus confondre le sacré, le divin et le religieux. En quoi cet enseignement est la réouverture de la prophétie par la transformation du traduire.

Henri Meschonnic, né à Paris en 1932, est poète, traducteur, essayiste. Dernières publications, poèmes : L’Obscur travaille (Arfuyen, 2012) ; essais : Éthique et politique du traduire (Verdier, 2007) ; traductions : Dans le désert, traduction du livre des Nombres
(Desclée de Brouwer, 2008).

ISBN : 978-2-9537384-8-3
Prix : 20 €